Psychomotricité et prise en charge précoce

Avez-vous entendu parler de la période sensible ? Différents scientifiques et spécialistes du développement de l’enfant l’ont conceptualisé. D’abord J.Piaget (qui parlait plutôt de période critique), P.Delion et R.Vasseur qui seront ici mes références, M.Montessori…

L’évolution des apprentissages chez le bébé et le jeune enfant est très rapide et se fait simultanément dans différents domaines : développement moteur, interactionnel, langagier, autour des intérêts cognitifs, etc…Ses acquisitions sont permises de par son bagage génétique, et son environnement. L’enfant refait encore et encore les mêmes expériences, et se les approprie. Ces différents auteurs nous expliquent que l’enfant sera plus réceptif à certains apprentissages selon une période limitée dans le temps, pendant laquelle le cerveau présente une réceptivité maximale (plasticité) d’où « période sensible » : il portera une attention particulière à des objets ou des activités, ce qui lui permet de développer des aptitudes ou des caractères précis. Passée cette période, la plasticité cérébrale s’atténue, l’intérêt se déplace sur une autre acquisition, et l’apprentissage de la compétence passée sera plus difficile.

J’ai travaillé de nombreuses années en Centre d’Action Médico Sociale Précoce. La prise en charge pluridisciplinaire du bébé et du jeune enfant était notre mission. Et nous mettions l’accent sur la précocité de nos interventions en parallèle de la guidance parentale afin d’influer sur l’environnement du bébé et limiter le surhandicap.

Le psychomotricien est le spécialiste de l’observation des manifestations corporelles particulières et précoces du tout petit, et de son développement tonico-postural. Or, le dialogue tonico-émotionnel est le premier langage du bébé. Actuellement, le diagnostic et la prise en charge précoces sont au centre des actions de Santé Publique. Pour seconder les structures de prise en charge qui ont malheureusement des listes d’attente très longues, et intervenir en parallèle, la prise en charge en psychomotricité précoce des nourrissons vulnérables est mise en avant sur le secteur libéral par le biais des réseaux périnataux, et la création des forfaits précoces dans le cadre du diagnostic précoce et du suivi des bébés à risque neurodéveloppemental (notamment les « bébés à risque autistique ») a été mis en place sur certains départements pour le moment par le biais des Plateforme de Coordination et d’Orientation. Un premier pas vers le remboursement des soins en psychomotricité.

Céline WAROQUIER, psychomotricienne D.E.

#psychomotricité #psychomotricien #priseenchargeprecoce #autisme #prématurité #périodesensible